Les épidémies hivernales : Est-ce vraiment une fatalité ?

Les épidémies hivernales : Est-ce vraiment une fatalité ?

Comme chaque année les épidémies hivernales ont occupé l’actualité pendant un bon mois, le pic est passé mais grippe, gastro et compagnie n’ont pas complètement quitté le terrain.

Il suffit de faire un petit sondage autour de soi pour dénombrer les victimes dans les écoles, les entreprises, parmi les amis, la famille….
Et vous, y avez-vous échappé ?

Certains rejettent la faute sur la couverture vaccinale qui est insuffisante.
Les chiffres parlent d’eux-mêmes, il y a autant de malades de la grippe chez les personnes non vaccinées que chez celles qui ont eu la piqûre.
De toute évidence, la cause profonde n’est pas là !

Avez-vous remarqué que ces épidémies flambent toujours à la même période ?
En début d’année, après les fêtes !

Simple fait du hasard ou de la météo ?
Pas vraiment, même si le froid, particulièrement rude cette année, fragilise les organismes et les rend plus vulnérable, les années ou l’hiver est doux, comme en 2016, la situation est identique.

— Pourquoi après les fêtes ?

La période des fêtes est un peu particulière dans notre rythme de vie.

Attendue comme une parenthèse bien méritée, entre le bouclage sous pression d’une année et le redémarrage tambour-battant d’une autre, cette période s’apparente plus à des pseudo-vacances qu’à une véritable pause bienfaitrice.

Alors que les jours sont les plus courts, que le froid s’installe, que toute la nature nous invite à ralentir le rythme, à nous reposer (pour ne pas dire hiberner !), nous vivons à 100 à l’heure dans l’effervescence des préparatifs des fêtes, des déplacements dans la famille, des repas délicieux mais copieux et bien arrosés (sans compter les chocolats déjà avalés bien avant les festivités et l’épiphanie qui arrive juste derrière avec ses incontournables galettes !!) avec en prime peu de sommeil et de rares moments de détente.

OUF ! Face à ce trop plein de tout, nos organismes sont mis à rude épreuve.

Notre digestif est en surchauffe, nos intestins s’enflamment, notre foie est débordé et assure moins bien son travail de détoxination et détoxication et notre système immunitaire ne sait plus ou donner de la tête.

Le terrain de jeu idéal pour les microbes pathogènes qui ont de quoi proliférer, s’imposer et nous clouer sur place.

Le processus est simple et le phénomène est d’autant plus violent que nos systèmes digestif et immunitaire sont affaiblis.

— Alors que faire ?

Avant tout du repos à tous les niveaux : dormir et se mettre à la diète sont les meilleurs remèdes pour aider notre organisme à redémarrer.

Commencez par faire un à deux jours de jeune hydrique avec du bouillon de légumes filtré et des infusions de plantes :

  • Le Thym au une action antiseptique et stimulante
  • Le Tilleul lui aussi antiseptique, est idéal en cas d’état grippal, il favorise la transpiration et à une action apaisante
  • le Romarin est un tonifiant général et un stimulant au niveau biliaire.
  • La Menthe poivrée, le Gingembre, la Mélisse, l’Anis vert et la Sarriette facilitent la digestion.
  • Le Chardon-marie aide à soulager le foie.

A la suite de quoi reprenez une alimentation légère en privilégiant les légumes (surtout verts) : cuits, en soupe sans pomme de terre, les jus de légumes crus et selon l’état du digestif en crudité avec juste un filet d’huile de qualité et de jus de citron, les fruits cuits sans sucre ajouté et crus là encore selon la sensibilité digestive.

Laissez de côté les produits laitiers animaux et les féculents d’autant plus si votre système ORL est affectés (là je vous renvois à mon article paru dans la revue Biocontact de janvier : « Les troubles ORL : Et si on revoyait le menu ? ») et réintroduisez progressivement des protéines légères : blanc de volaille, poisson, œuf coque ou lentilles natures en petite quantité.

Cette mise à la diète permet à notre digestif de mieux éliminer, de se désenflammer et peu à peu à la flore de se rééquilibrer. L’intestin renfermant plus de 70% de nos cellules immunitaires, vous imaginez les bienfaits sur notre système immunitaire qui lui aussi va reprendre le dessus.

En parallèle, pour assainir votre terrain, rien de tel que quelques huiles essentielles utilisées à leur juste dose.

Elles stimulent les défenses immunitaires et leurs propriétés anti-infectieuses en font des produits naturels incontournables, à utiliser dès les premiers signes d’infection.

En cas de coup de froid et d’état grippal, mélangez dans un flacon 20 gouttes d’huile végétale avec 50 gouttes d’HE de Ravintsara, 20 gouttes d’HE de Laurier Noble et 10 gouttes d’HE de Thym vulgaire à thujanol, utilisez cette synergie en massage sur les bronches et le haut du dos à raison de 15 gouttes trois fois / jour (pour les adultes et enfant à partir de 6 ans, à éviter chez les femmes enceintes et les jeunes enfants).

Les huiles essentielles d’Eucalyptus et l’HE de Niaouli sont recommandées pour les infections respiratoires :

  • HE d’Eucalyptus Radiata pour les infections ORL, en inhalation à froid sur un mouchoir, en fumigation ou à diffuser.
  • HE d’Eucalyptus Globulus plus spécifique pour les infections bronchiques, en massage sur le thorax préalablement mélangée à une huile végétale et en inhalation.

Quand à l’HE de Thym Linalol, elle est l’allié des maux de gorge, 2 gouttes dans une huile végétale en onction sur le cou au niveau des amygdales et 1 goutte mélangée à une cuillère à café de miel soulagent les gorges enflammées.

La réputation des produits de la ruche n’est plus à faire. La propolis est un merveilleux antibiotique naturel à prendre dès le début de l’infection. Le pollen est un bon reconstituant pour soutenir les défenses immunitaires, en cure après l’épisode infectieux.

— Et pour éviter tout cela ?

Rien ne vaut l’anticipation, les fêtes de fin d’années sont là pour nous réjouir et non pour nous rendre malade.

Qui dit anticiper, dit entretenir son terrain dès l’automne, comme tout bon jardinier qui se respecte.

Rien ne vaut une petite cure de désintoxication pour épurer notre organisme et soulager notre digestif avant l’hiver et ensuite renforcer notre système immunitaire avec des plantes comme l’Echinacéa ou l’Astragale.

Mais au-delà de ces quelques mesures saisonnières, la clé pour entretenir notre vitalité et nous prémunir des maladies hivernales c’est de trouver notre harmonie de vie en veillant à équilibrer les différents piliers de notre hygiène vitale : faire une activité physique régulière, si possible en plein air, bien oxygéner toutes nos cellules par des exercices de respirations profondes, avoir un sommeil de qualité réparateur, prendre du recul par rapport aux évènements de la vie (avec un peu d’entrainement, c’est possible !) et enfin adopter une alimentation saine, vitalisante et savoureuse.

De quoi mettre à mal les épidémies quelque soit la météo !!

Partager...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu